... Pour ne plus être seul face à votre ordinateur

Accueil
 

Vous êtes ici:
Accueil  > Controverses > Controverses Médicaments

 
Mise en garde 
Cette page n'est pas un " manuel de dopage " mais juste un moyen d'informer mes collègues médecins des combines des cyclistes pour éviter d'être "complice à leur insu" de dopage

L'ancien cycliste Pro Philippe Gaumont a révélé dans le journal Le Monde du 15 avril 2004 comment il a contourné les contrôles antidopage pendant des années tout en continuant à "se charger". 

selon lui :

  • "Tout d'abord, il y a des produits que l'on ne sait pas déceler, comme l'hormone de croissance, que les coureurs utilisent comme ils le veulent.
  •  Pour la testostérone, iI suffit de piquer une capsule de Pantestone pour en extraire le contenu et se l'administrer sous la langue. 
  • En revanche, depuis que l'EPO est détectable, on ne peut plus en prendre pendant les courses. Pendant les trois semaines du Tour, ses effets vont s'atténuer au fil des jours. D'où l'intérêt de recourir aux autotransfusions qui, elles, restent indétectables."

et il détaille aussi comment pourvoir utiliser des produits interdits par le recours "ordonnances masquantes". 

"Voilà comment ça se passe : le médecin de l'équipe t'envoie voir un allergologue, c'est obligatoire. Celui-ci constate que tu es sensible aux acariens et te prescrit un spray. 

On avait la consigne à chaque fois de demander à tout prix du Nasacort. Pourquoi ? Car c'est un spray qui permet de masquer la cortisone. Quand on va au contrôle, on déclare qu'on est allergique aux acariens, qu'on a une prescription de Nasacort et qu'on en a pris le matin par voie nasale. Et à côté, on a pu se faire tranquillement une injection de Kenacort [produit interdit], car, au contrôle, on ne sait pas faire la différence entre le spray et l'injection."

et il y a encore plus mesquin

Ensuite, le médecin t'envoie vers un dermatologue. Tu te grattes un peu les testicules avec du sel pour lui montrer que tu as des rougeurs et il te prescrit six mois de Diprosone en pommade. Comme ça, derrière, tu peux te faire du Diprostène [interdit] en injectable sans risquer non plus d'être positif.

pour l'EPO la méthode est très simple

  • l'EPO restant dans les urines 3 jours après son injection IV
  • il suffit donc d'arrêter l'EPO 3 jours avant d'aller à une compétition
  • "Un coureur qui aura sept jours de coupure entre deux courses pourra ainsi se recharger en EPO tout de suite après la course et arrêtera trois jours avant sa date d'arrivée sur la suivante "

Pour les courses à étapes type tour de France

  • "Mise au vert" pendant les 15 jours qui précèdent le tour de France....
  • et donc recharge en EPO
  • pour arriver au départ avec une hématocrite juste inférieure à 50%
  • et éventuelle transfusion après 8-10 jours car " L'hématocrite d'un coureur qui arrive sur le Tour après une cure d'EPO peut chuter de 50 à 44-45 au bout de dix jours de course. Avec une poche de sang par semaine, un coureur peut se maintenir à 50, tandis que les autres finissent le Tour à 40 "

Tout cela est bien triste 

et il faut militer pour des sanctions exemplaires envers les tricheurs ( aussi bien les sportifs que les "dealers" ....mais aussi les "donneurs d'ordre" )

*******************

 

 

 
 




 

 Plan du site  - Contact

© 1998-2007 Dr Gilles PERRIN